CUBA LIBRE [2 extraits]

by John Sadeq

/
1.
2.
03:10

about

EP 5 titres
Disponible le 15 août 2016

credits

released August 15, 2016

tags

license

all rights reserved

about

John Sadeq Provence-Alpes-Côte d'Azur, France

contact / help

Contact John Sadeq

Streaming and
Download help

Track Name: Le goudron et les plumes
J'ai passé mon enfance loin d'la chance l'innocence abattue dans la France des vauriens
J'ai fait la connaissance de la rue et du temps qui te tue demain est bien trop loin
Depuis le temps qu'j'écume
Le son j'y perds des tunes
On m'a promis l'goudron et les plumes
Ils nous prennent pour des putes mais demain c'est la guerre entends bien
Leur musique prend fin
Fini le temps des larmes
Et des blessures de l'âme
J'ai traversé les flammes
Et aiguisé mes lames
Si les mots sont des armes ils sont bien désarmés face à moi
J'crois qu'on en convient
Il m'ont laissé pour mort mais c'n'est rien
J'reviens pour donner tort à tous ces chiens
La vengeance est un plat qui se mange chaud ou froid c'est au choix
Mais j'ai une grande faim
J'refais des egotrips comme on les faisait à 20 ans plus rien à carrer maintenant
J'vis mon art plus sereinement
Oui j'aime tellement donner le meilleur seulement
Faire l'amour à vos tympans
On m'a dit fait des clips tu rameneras des clics sur tes liens
Les gens en ont besoin
Pfff... Allez j'veux bien
On va leur faire un p'tit clip
Puisque plus rien n'les excite
Ouais j'méprise le public depuis l'temps qu'j'le pratique je sais bien
Que j'm'agite en vain
La plupart ne comprendront jamais rien
Paroles en or quotidien d'galérien
Track Name: Cohiba
Au milieu des moutons et des putains
Je sais jouer le con et j'le fais bien
De mes années de plombs j'ne renie rien
Toulon musique à fond cigare cubain
L'amour et les billets ça va ça vient
Un peu d'liqueur pour l'oublier au moins jusqu'à demain
Une fois le jour levé partage du pain
Des écrits à réconcilier le Christ et les païens
Moi j'ai l'inspiration eux les moyens
Ils attendent ma disparition et pourtant je vois loin
Rappeurs et chroniqueurs : des tapins
Ils baisent entre eux
Sur le terrain
J'les conspue des gradins
Le monde appartient
A ceux pour qui tu t'lèves comme un con tous les matins
Et taffes comme un chien
Pour une paye de clampin
Tant mieux pour nous si ça vous convient
Sur cette planète il me reste combien d'temps ?
Trop peu sans doute pour me permettre de gâcher l'moindre instant
Aussi je vois devant
Bien plus fort qu'à 20 ans
Au d'ssus de tous les clans
J'me délecte en les complexant

Homme de lettres aiguisées autant qu'mes pensées
A long terme il est bête de vouloir m'enfoncer
Sorti de ma retraite
J'reviens pour couper des têtes
Oui j'les déteste mais c'est eux qui ont commencé

J'laisse personne polluer mon quotidien
Je s'rai pas l'employé du mois qui vient
A la Gainsbarre j'me fous d'la loi Evin
Rien n'protège de la mort j'm'en bats les reins
Je crois au Ciel ici rien n'me retient
Hormis mon fils qu'il en fleurisse un bel humain
Car j'crois encore qu'y'a des biens
Ma foi et mes écrits sont tout l'or que j'détiens